Bagarre au bar

Après trois mois passés à torcher des bafouilles
Pour draguer sans succès la serveuse du bar,
Une fée bien gaulée aux plantureux nibards,
Le cave, dépité, lui balafre la bouille.

Le mec de la poupée, une graine d'arsouille,
Un malabar teigneux qui carbure au pinard,
Lâche sur le minus sa rogne et son clébard
Qui dévore fissa la tronche de l'andouille.

Alertés par le bruit, trois condés rondouillards
Se pointent dare-dare, armés de leur pétard
Pour embarquer au gnouf les deux faiseurs d'embrouilles.

Les panouilles blessées finissent au mitard,
Coincées entre un camé qui s'arrache les douilles
Et un chanteur pété qui leur casse les couilles.

Le 09.06.2004