Reine de mes désirs

Dans mon jardin drapé d'un éternel été,
Viens m'enlacer, princesse au sourire limpide,
Afin que la ferveur de nos baisers déride
Mon cœur que le passé s'acharne à tourmenter.

Reine de mes désirs, apprends-moi à chanter
La symphonie du temps qui, joyeux, se dévide
En diamants insolents, pour que leurs feux nous guident
Sur le radieux chemin de nos sens exaltés.

Dans le lac de tes yeux, noie mes pensées morbides,
Avant de m'entraîner, d'une main intrépide,
Vers la cime arc-en-ciel de notre volupté.

Armée de ta tendresse, exquise fée, préside
Le flamboyant ballet du plaisir pimenté
De l'enivrant parfum de ta féminité.

Le 03.09.2004