Décision fatale


Je regrette déjà mon geste théâtral
Qui me fait basculer vers l'entrée de ma tombe.
Dieux du ciel, offrez-moi des ailes de colombe,
Stoppez ce fait divers : du balcon au canal.

Je descends lourdement, j'ouvre un œil et j'ai mal.
J'étais désespéré, désormais je succombe.
Sur le sol dégoûté, mon corps éclate en bombe,
Une photo, vingt mots demain dans le journal.

Je n'ai plus de douleur, mon énergie me quitte.
J'essaie de respirer, la faux rôde maudite.
La main sur mon poignet est une aile en satin.

Je n'ai pas profité des joies de l'existence.
Le verdict est tombé, décédé ce matin.
J'ai vécu tristement et je meurs en avance.

Le 06 mars 2003