Vengeance terrestre

Sous le regard glacé d'un soleil impassible,
Tu berces l'être humain dans ton écrin soyeux,
Tu épuises ton sang pour l'enfant capricieux
Qui joue ta pureté aux cartes du possible.

Écorchée par les coups de ton fils inflexible
Dont l'esprit s'aventure en un monde radieux
Au parfum de mystère, en bordure des cieux,
Tu fomentes déjà ta vengeance terrible.

Plutôt que d'arborer tes moissons aux grains d'or,
En hiver, au printemps, tu brûles tes trésors,
Préférant le néant à la folie de l'homme.

Terre, tu sacrifies les clés de ton futur
Au puits des vanités qu'une ineffable gomme
Décompose aussitôt en tourbillons obscurs.

Le 16.12.2003