Poésie joyeuse

Les chants désespérés, noirs comme des corbeaux,
Exhalent dans les cœurs des relents de tombeau.
Poètes larmoyants aux vers lourds de chagrin,
Chassez le désespoir qui glace vos quatrains.
Chantez l'envol radieux de la tendre hirondelle,
Le merle qui gazouille une gaie ritournelle,
L'enivrante douceur de la brise soyeuse.
Célébrez le plaisir de l'étreinte amoureuse,
Le village fleuri où coulent les demis
Et les rires bruyants de vos fervents amis.

Le 21.02.2004